Connect with us

Musique

Swing pour la Planète “Frog & Friends” : Interview !

“Swing pour la planète” (album) est une opportunité innovante pour contribuer à une plus grande prise de conscience du changement climatique et à la nécessité de protéger l’environnement. Découvrez le premier extrait !

swing pour la planète

Pourquoi avoir choisi ce nom d’artiste ?

Nous voulions un nom d’artiste original qui reflète l’identité de notre groupe et qui porte nos valeurs. Frogs & Friends c’est l’amour d’une famille et leur amitié avec des amis musiciennes et musiciens, et des artistes talentueux. Pourquoi “Frogs”? C’est un clin d’œil. Les anglais surnomment les français “Frogs” parce qu’ils mangent des cuisses de grenouilles. C’est drôle et affectueux. Les Frogs se composent de trois grenouilles qui sont des français.e.s vivant à Prague, en République Tchèque. Aline (la mère) a des origines japonaises ; elle est photographe et graphiste professionnelle, pianiste et harpiste. Naomi (la fille) 14 ans et une âme d’artiste ; c’est une dessinatrice très douée qui fait du piano et du ukulélé. Après avoir fait du ballet elle s’est mise à la danse moderne. Richard (le père) a passé sa jeunesse au Maroc et a vécu un peu partout dans le monde ; il est fou de danse swing. Un peu pianiste et percussionniste à ses heures, chanter du jazz reste sa plus grande passion. Il a arrêté sa carrière pour se consacrer au bien de la terre et des générations futures.

Ils partagent tous trois la même conscience écologique.

Les Friends sont leurs amis de la première heure et tous ceux qui les ont rejoints au fil des concerts dans les jazz clubs de Prague ; des professionnels aguerris, des artistes engagés ou de simples amateurs passionnés, tous partageant le même souci d’œuvrer pour le bien de la planète et un meilleur futur pour l’humanité. Et celui des grenouilles ! Friends de la première heure, les membres du groupe The Track Inspection ont contribué à l’enregistrement de l’album Swing pour la planète. Composé de six musiciens de jazz chevronnés et dirigé par le pianiste et organiste Jan Andr qui est aussi le directeur artistique de l’album, ils excellent dans les genres modernes de soul, funk, hip-hop, R&B ou gospel.

Depuis quand faites-vous de la musique ?

Aline et Richard ont commencé le solfège et le piano enfants en suivant une formation classique au conservatoire. Plus tard, Aline a découvert la harpe et s’en est éprise ; c’est un instrument où elle excelle. Elle chante aussi et compte des bœufs mémorables à son actif, du pop rock à la chanson française.

Quant à Richard, un de ses professeurs de piano le récompensait en lui apprenant un morceau de jazz pour trois morceaux classiques maitrisés ; c’est ce qui lui a fait découvrir et aimer le jazz. Plus tard il a intégré le groupe de son frère les Radio Kids tout en prenant des cours de percussion, avant de créer Les Biteuls, un groupe qui faisait principalement des reprises… des Beatles (!) Plus récemment il a décidé de se consacrer pleinement au jazz en tant que chanteur.

Quant à Noami, après avoir fait du piano pendant cinq ans, elle s’est mise au ukulélé, mais ce qu’elle préfère c’est chanter… en anglais, en français, et parfois en japonais. Après un premier concert à 10 ans suivi de plusieurs représentations publiques, elle a pris goût à la scène.

Une famille de grenouilles musiciennes en quelque sorte !

Comment définiriez-vous votre style de musique ?

Ce qui caractérise Frogs & Friends ce n’est pas tant notre style que notre philosophie. Nous sommes avant tout un groupe de musique citoyen écoresponsable et notre objectif est de nous adresser au plus grand nombre de personnes pour partager nos chansons et surtout les messages qu’elles portent. Plutôt que de nous enfermer dans un style particulier qui réduirait notre audience et donc limiterait la portée de ce que nous souhaitons partager, nous avons choisi d’adopter des genres musicaux différents et ainsi toucher des publics aux goûts musicaux distincts mais avec les mêmes aspirations existentielles. Notre album Swing pour la planète est composé de blues, de pop rock, d’indie, de funk, de rap, d’électro-swing et de gospel. On y perçoit une couleur jazzistique influencée par Richard et une signature musicale spécifique portée par des cuivres et un orgue Hammond qui viennent unifier toutes les chansons de l’album.

Pourquoi faites-vous de la musique ?

Tout d’abord parce que c’est une passion depuis notre plus jeune âge et nous l’avons transmise à Naomi. La musique est présente dans notre quotidien, c’est une facette de nos personnalités et c’est un fabuleux vecteur de développement personnel qui nous permet de nous épanouir. Ensuite parce la musique est un support universel qui transcende les différences culturelles et les frontières et cela en fait une opportunité unique pour sensibiliser efficacement sur le changement climatique et la nécessité de protéger notre environnement. Ce sont des sujets complexes à appréhender et cela peut vite devenir anxiogène. Beaucoup de gens en savent trop peu ; soit ils n’ont pas le temps de s’informer, soit ils ont d’autres soucis. D’autres choisissent de vivre dans le déni. Faire face aux enjeux écoresponsables nécessite un énorme changement culturel dans notre rapport à l’autre et à la nature, par rapport à notre place et à notre rôle sur terre, et dans nos modes de vie et nos valeurs. Ce changement il ne peut venir que des femmes et des hommes ; c’est sous leur impulsion que les grands bouleversements de sociétés se sont opérés et la culture a été aux avant-postes de ces bouleversements. Les experts écrivent des livres ou font des films, d’autres œuvrent avec des fondations ou donnent des conférences. Si les Frogs & Friends peuvent apporter ne serait-ce qu’une modeste contribution à ce changement culturel au travers de la musique, et bien tant mieux !

Quelles sont vos influences musicales ?

Aline elle a une grande culture classique et elle adore la musique baroque, la musique française du début du 20ème siècle (en particulier Debussy) ou encore les chants Grégoriens. Elle affectionne aussi particulièrement l’électro que ce soit Tosca, Massive Attack ou Thievery Corporation, sans oublier Keith Jarrett, Arvo Pärt et Philip Glass.

Richard a grandi avec les vinyles que l’on écoutait à la maison, de Piaf à Georgette Lemaire en passant par Aznavour, Reggiani ou Moustaki. Elvis a beaucoup marqué son adolescence, puis Ray Charles,  Stevie Wonder, Queen, les Beatles, David Bowie, avant de découvrir Michel Jonasz et Serge Gainsbourg. Ses sources d’inspiration jazzistiques vont de Count Basie, Duke Ellington, Ella Fitzgerald ou Sarah Vaughan à Tania Maria et Kurt Elling.

Naomi adore la K-pop et pendant un temps elle voulait en faire son métier. Aujourd’hui elle ne rêve que de comédies musicales et elle s’est investie dans cette voie. Elle a baigné dans le jazz dès son plus jeune âge, avant de découvrir tout ce que ses parents écoutaient, des stars des années 60 aux tubes de nos jours. Aujourd’hui elle s’ouvre à tous les nouveaux talents artistiques tels qu’Aurora, Billie Eilish ou encore The Current Joys pour mieux nourrir sa culture musicale.

Si vous deviez amener un album sur une île déserte ce serait lequel ?

Il y en aurait trois.

Aline emmènerait « Les Préludes » de Debussy pour piano, un album qu’elle ne se lassera jamais d’écouter tant ses harmonies aériennes et poétiques lui parlent ; de l’impressionnisme en musique qu’elle ressent comme une invitation au voyage et à la rêverie.

Naomi prendrait l’album « Live at Kilby Court » des Current Joys car toutes ses chansons ont une vraie signification pour elle, surtout le titre « Kids ». Ce qu’elle affectionne particulièrement chez les Current Joys c’est leur nostalgie musicale et le sens de leurs paroles.

Quant à Richard il prendrait l’album « Live » de Tania Maria qu’il a déjà écouté au moins deux cents fois ; un chef d’œuvre de jazz brésilien nourri par un talent vocal exceptionnel et une virtuose du piano admirable, le tout sur une orchestration des plus inspirantes.

Si vous pouviez passer une soirée avec une star de la chanson ce serait qui ?

C’est une question à laquelle il est très difficile de répondre. Mais on va essayer 🙂

Aline dirait Alain Souchon, pour sa tendresse, sa sensibilité nostalgique et sa poésie qui inspire la gentillesse ; c’est un artiste dont la profondeur des textes la touche beaucoup.

Naomi choisirait Greg Gonzalez du groupe Cigarettes After Sex car son style est proche de celui qu’elle voudrait avoir, et elle se sent concernée par toutes ses chansons.

Richard lui opterait pour David Bowie, mais ça serait un peu compliqué à organiser ! Il a laissé un grand vide artistique ; il avait un talent exceptionnel qu’il a démontré des décennies durant, un courage époustouflant à se réinventer perpétuellement et une philosophie de la vie qui – malgré son statut de star – était toujours emprunte d’humilité. Un génie tout simplement !

Et pour un duo, cela serait avec qui ?

Pour Richard ce serait Lady Gaga et Tony Bennett, sans aucune hésitation. C’est sans doute le duo le plus emblématique du talent jazzistique à son paroxysme. Avec le duo Amy Winehouse et Tony Bennett bien sûr !

Aline choisirait probablement le duo Jean Rondeau et Thomas Dunford qui excellent dans leur enregistrement clavecin et luth des « Baricades Mïstérieuses », une pièce d’un des plus grands musiciens baroques français, François Couperin.

Quant à Naomi surement le duo Leslie Odom Jr. et Lin Manuel Miranda qui composent une partie essentielle du casting de la comédie musicale Hamilton, avec leur rôle de Alexander Hamilton et Aaron Burr, une œuvre qu’elle connait par chœur.

Parlez-nous de votre premier titre

Le premier titre de notre album Swing pour la planète (qui en est aussi le single) s’intitule Blues pour la planète. C’est une chanson inspirée par la composition et l’arrangement Blues For Stephanie du contrebassiste John Lee Clayton Junior, un morceau instrumental swing pour Big Band interprété maintes fois par Count Basie et son orchestre. John a eu la gentillesse d’accepter que nous adaptions sa composition instrumentale en chanson et nous avons eu droit à ses compliments, ce qui nous a fait chaud au cœur. Notre premier titre encourage à changer les choses pour le bien de la planète en renforçant la prise de conscience vis à vis des divers maux auxquels nous faisons face, ainsi qu’en invitant à davantage d’actions écoresponsables et d’initiatives citoyennes, sans jamais être donneur de leçons. C’est une chanson au rythme endiablé et aux cuivres percutants pour porter des paroles certes cinglantes mais sur un ton enjoué. Deux générations sont réunies autour du micro (un père Richard et sa fille Naomi) pour une interprétation à faire vibrer les amoureux du swing et de la terre.

Si vous deviez donner envie aux lecteurs de J’adore Les Potins d’écouter votre musique, vous diriez quoi ?

Nous leur dirions qu’au-delà d’un projet artistique abouti de qualité, notre album Swing pour la planète est une formidable opportunité d’en savoir plus, et donc d’être un acteur du changement culturel écoresponsable qu’il nous faut réaliser ensemble. C’est un album construit sur un mélange de musique consciente et “d’infotainment”, une façon de toucher les cœurs par l’émotion et les esprits par l’information ; et donc un moyen de mobiliser nos énergies pour le bien de la terre et des générations futures. Notre démarche s’inscrit dans une volonté d’assurer à nos enfants et à leurs enfants une existence la plus heureuse possible, et pour ce faire il est urgent d’agir pour ceux qui le peuvent, individuellement ou collectivement. Le faire en musique avec des grenouilles c’est quand même tentant, non ?

Votre plus grand rêve ?

Bien sûr que notre projet aboutisse, que notre album trouve écho auprès du plus grand nombre, et pourquoi pas que cela inspire tous les artistes sans exception, petits et grands, pour qu’ils en fassent leur cheval de bataille, qu’ils rendent l’écologie aussi fun et enivrante que le football ou aussi séduisante et populaire que la mode vestimentaire. Mais au-delà, notre plus grand rêve est qu’un nouveau paradigme sociétal et économique prenne le pas sur le système actuel qui n’a plus sa place dans notre société ; un modèle fondé sur la justice sociale, sur le respect de la vie sur terre et sur un rapport à l’autre où l’amour et la solidarité prévalent. C’est un beau rêve… si seulement il pouvait devenir réalité !

Connect