Accueil  |  Musique  |  le 15/12/2015 à 22:14  |  Par Ryan Benflis

Larrat en interview pour la sortie de Urgence(s)

Pour la sortie de son dernier titre Urgence(s), l'artiste Larrat répond à nos questions et nous en dit plus sur sa carrière musicale.


Larrat

Larrat, pourquoi avoir choisi ce nom d’artiste ?

C’est un anagramme de mon nom de famille, un moi différent, plus libre et plus spontané.

Depuis quand faites-vous de la musique ?

Très longtemps ! Mais je la gardais jusque là comme un jardin secret. A 50 ans, j’ai décidé de donner à entendre à un plus large public, en suivant la maxime de Confucius : « On a deux vies, et la deuxième commence le jour où l’on s’aperçoit qu’on en a qu’une. »

Comment définiriez-vous votre style de musique Larrat ?

Pop française. Etre «populaire» n’a parfois pas bonne presse. Pourtant, c’est le vrai sens de la musique que j’écris : Parler au plus grand nombre avec des mots de tous les jours, des mélodies limpides. Pour des émotions simples et vraies.

Pourquoi faites-vous de la musique Larrat ?

C’est presque thérapeutique ! C’est un besoin profond, irréfrénable. Les titres me sont livrés le matin, pratiquement en écriture automatique. Ils existent par eux même. La seule décision que je prend, c’est de les donner à entendre et de les promouvoir.

Quelles sont vos influences musicales ?

Berger, Sanson, Elton John, sheller… Les pianistes chanteurs me fascinent. Tout dire, avec une voix et un clavier.

Si vous deviez amener un album sur une ile déserte ce serait lequel ?

Mon ami Elton, en concert, LIVE. Ou peut être le double bleu des Beatles.

Si vous pouviez passer une soirée avec une star de la chanson ce serait qui ?

Veronique Sanson, qui me raconterait sa drôle de vie…

Et pour un duo, cela serait avec qui ?

Adèle. J’ai une version française de « Someone like you » qui l’attend !

Parlez-nous de votre premier titre …

CA PART EN LIVE… Une rengaine qui chronique avec amour les tracasseries quotidiennes de la vie de couple. (« C’est ma faute, c’est ma très grande faute… »). Elle en arrive à une conclusion simple : « Tu sais, mon amour, je suis là pour toujours, on peut p’t’être éviter de s’engueuler tous les jours. »

Si vous deviez donner envie aux lecteurs de J’adore Les Potins d’écouter votre musique, vous diriez quoi ?

Ecoutez, je suis sûr que vous aussi vous avez vécu ça, mais vous n’osiez pas vous le dire.

Votre plus grand rêve ?

Une grande et très belle salle, qui commence par un O…. Rendez-vous très bientôt ! :-)

Reagissez !
  • J'ADORE
  • OMG
  • LOL
  • NULL