Connect with us

Musique

JB Bullet présente son titre “Le Palmier en Hiver” : Interview !

Jean-Baptiste Bullet (Bull-[é]) est né le 14 février 1989. Il a grandi dans les Yvelines avant de déménager à l’âge de 12 ans à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées.

Pourquoi avoir choisi ce nom d’artiste JB Bullet ?

Je n’ai pas eu à chercher très loin… c’est mon vrai nom ! En réalité, la première chanson que j’ai écrite et postée sur internet était la chanson #JeSuisCharlie et je l’avais postée sous mon nom, donc j’ai simplement pris les initiales de mon prénom, Jean-Baptiste, et le tour était joué. Avec le recul, je ne sais pas ce que j’aurais pu prendre d’autre comme nom de scène. Je crois que je ne me suis pas posé la question à l’époque… !  C’est marrant parce que du coup, dans mon métier de notaire, j’ai parfois des clients qui me parlent de mon activité musicale. Mais je trouve ça fun !

Depuis quand faites-vous de la musique ?

Depuis tout petit ! J’ai toujours eu ça dans le sang je pense, mais je n’ai jamais été très scolaire… Je séchais mes cours de piano à l’âge de 6 ans, au grand dam de mon prof, et de ma mère… ! J’ai appris la guitare en autodidacte depuis mes 12 ans, et je ne la quitte plus depuis. Enfin « les », car j’en ai plein. Des fois quand je suis à l’extérieur avec des amis, à un évènement par exemple… il m’arrive d’en acheter une sur un coup de tête, comme ça, le premier modèle d’entrée de gamme du magasin… juste parce que l’envie de gratter est trop forte et que je n’en ai pas pris avec moi !

Comment définiriez-vous votre style de musique ?

Pop française chill. Ça sonne bien, non ?

Pourquoi faites-vous de la musique ?

Depuis enfant c’est ma passion, et ça ne m’a jamais quitté. Je crois que ce que j’aime le plus, c’est le partage. J’ai d’aussi forts souvenirs dans les concerts les plus insolites que j’ai pu donner (France 2 en direct, duo sur scène avec Cabrel, ou tout en haut du Pic du Midi à 2877m d’altitude, etc) que dans les représentations de rue qu’on a pu donner avec mon pote Bertrand au bord des plages de la Côte d’Azur. Quand tu entraînes les gens avec toi et que tout le monde reprend un même air à l’unisson… Wow, il n’y’a rien de plus fort !

Quelles sont vos influences musicales ?

J’ai grandi avec les idoles de la chanson françaises : Serge Reggiani, Francis Cabrel, Charles Aznavour… J’aime quand le texte est si travaillé qu’il en devient d’une simplicité limpide, au service d’une belle mélodie.

Si vous deviez amener un album sur une île déserte ce serait lequel ?

Un seul… ? Rhaaa, compliqué ! Je pense que ça serait Thriller de Michael Jackson. Quitte à me retrouver tout seul sur une île déserte, autant avoir une playlist énervée de tubes planétaires à faire tourner en boucle, non ?

Si vous pouviez passer une soirée avec une star de la chanson ce serait qui ?

BigFlo et Oli, je pense qu’on se marrerait bien !

Et pour un duo, cela serait avec qui ?

Un duo ? Avec mes copains tarbais de Boulevard des Airs, évidemment ! Mais du coup avec Sylvain et Flo, ça ferait un trio, ça compte quand même ? J’adore aussi Vianney, ce mec est solaire. Il mérite tout ce qui lui arrive depuis 2014.

Parlez-nous de votre premier titre …

#JeSuisCharlie. Lors des attentats de janvier 2015, j’ai écrit d’instinct des paroles sur une feuille de papier recto-verso, et j’ai tout de suite voulu l’enregistrer dans mon salon avant de partir à mon cours de guitare. J’ai posté la vidéo sur Facebook, et… le soir même j’étais en direct sur Fun Radio, le lendemain sur le plateau d’Anne-Sophie Lapix, et 3 jours après en direct sur France 2 pour une émission spéciale en direct devant 4 millions de téléspectateurs… Une sacrée aventure !

Mais si on parle du premier titre de mon EP à paraître début 2023, « Le Palmier en Hiver », je dirais que Sur des cordes et les synthés d’une pop aérienne, ce morceau interroge sur la place que l’on occupe et celle qu’on pourrait occuper, invitant au voyage au travers d’un texte entièrement basé sur le champ lexical du végétal, au sein duquel tant le jeu que la musicalité des mots ont été mûrement travaillés.

Si vous deviez donner envie aux lecteurs de J’adore Les Potins d’écouter votre musique, vous diriez quoi ?

« Allez viens, on est bien ! »

Votre plus grand rêve ?

En vrai, mon plus grand rêve serait d’assister au premier rang à un concert de Joe Dassin. Je serais à fond, je connais quasiment toutes les chansons par cœur ! Mais à première vue on m’a dit que ça serait un peu compliqué.

Connect